Équipe de France

Aurélien Tchouaméni, le quatrième frère Pogba

En l’absence de N’Golo Kanté lors des deux derniers rassemblements de l’équipe de France, Aurélien Tchouaméni s’est affirmé comme une alternative plus que crédible au milieu de terrain aux côtés de Paul Pogba. La ressemblance avec son aîné est d’ailleurs troublante.

On connaissait Mathias l’aîné, Florentin le cadet et Paul le benjamin. Il faut croire que la fratrie Pogba compte un quatrième frère et il se prénomme… Aurélien Tchouaméni. Alors qu’il ne compte que cinq petites sélections avec l’équipe de France, le Monégasque impressionne par son assurance au milieu de terrain. À l’image de son modèle Paul Pogba.

Des similarités dans le parcours, le physique, le jeu…

Sur le terrain, difficile de les distinguer de loin. Heureusement, les fantaisies capillaires de Paul Pogba permettent de créer une différence avec le sobre Aurélien Tchouaméni. Même gabarit (1m91 pour Pogba, 1m87 pour Tchouaméni), même poste, même allure, le port de tête altier… Il n’est pas rare de confondre les deux.

Une action durant la demi-finale de Ligue des Nations contre la Belgique accentue la comparaison. À la 77e minute, alors que les Bleus viennent de revenir à 2-2, Tchouaméni profite d’une frappe repoussée pour reprendre en première intention à l’entrée de la surface. Son tir est certes repoussé par Courtois, mais cela ne vous rappelle rien ? Souvenez-vous le but de Paul Pogba en finale de la Coupe du Monde 2018. Une frappe repoussée, une reprise en première intention du pied gauche. Pas la même finalité certes, mais la ressemblance est troublante.

Déjà comparé à Pogba à Bordeaux

La comparaison entre les deux ne date pas d’hier. En novembre 2019, alors qu’il commençait à éclore avec les Girondins de Bordeaux, Tchouaméni était déjà invité à s’exprimer sur les similitudes avec le milieu de Manchester United : "Ça fait toujours plaisir d’être comparé à Paul Pogba. C’est l’un des joueurs que je suis le plus. Je pense qu’on est dans le même registre. Et puis il joue dans un club que j’aime bien. Il est en train de faire une très belle carrière. J’espère que je pourrais faire la mienne. On fera les comptes à la fin", disait-il au micro de RMC Sport. Comme Paul Pogba, Aurélien Tchouaméni est passé par toutes les sélections de jeunes en équipe de France. 58 sélections des U16 aux U20 pour le Mancunien. 52 sélections des U16 aux Espoirs pour le Monégasque.

À lire aussi : France Espoirs - 2000, la génération du millénaire ?

Des débuts réussis sous le maillot Bleu

Deux joueurs programmés par la FFF pour éclore au plus haut niveau, mais ce qui ne les empêche pas d’être étonnant de maturité pour leurs débuts chez les Bleus. En 2013, Pogba avait débarqué dans une équipe de France en reconstruction avec l’arrivée de Didier Deschamps à sa tête. Dès son premier match face à la Géorgie, il était le joueur qui touchait le plus de ballons. Avant d’enchaîner par une masterclass face à l’Espagne, championne du monde et d’Europe en titre, malheureusement entachée d’une expulsion.

Les débuts d’Aurélien Tchouaméni chez les A sont du même acabit. En septembre, il avait été la grande satisfaction du rassemblement, notamment lors du difficile match nul en Ukraine (1-1). Dans ce Final Four de la Ligue des Nations, son entrée face à la Belgique a été précieuse dans une fin de match folle. En finale, titulaire contre l’Espagne, l'ancien des Girondins de Bordeaux a beaucoup travaillé défensivement face à la technicité du milieu ibérique. Sa dimension physique a fait du bien aux côtés de son grand frère, patron de cette équipe de France.

Ce qu’il manque encore à Aurélien Tchouaméni

A 21 ans, Tchouaméni a encore évidemment beaucoup de choses à apprendre. Et tant mieux pour lui, l’exemple à suivre joue à ses côtés. Au fil des années, Pogba s’est imposé comme LE leader des Bleus, notamment depuis la victoire au Mondial en Russie. Relais privilégié de Didier Deschamps sur le terrain, le joueur de Manchester United a une double-casquette. Celle de l’ambianceur du groupe, qui met à l’aise les petits nouveaux : "Il a eu un rôle de grand frère. Il m'a poussé à me lâcher, à jouer avec confiance et à montrer mes qualités", confirmait Tchouaméni en septembre dernier après ses premières capes.

Mais le numéro 6 des Bleus est aussi celui qui hausse le ton quand ça ne va pas. À l’image de sa prise de parole à la mi-temps de Belgique - France. Ce leadership, Aurélien Tchouaméni le développera sans doute avec le temps et l’expérience, lui qui portait régulièrement le brassard de capitaine en équipe de France jeunes ou même déjà à Monaco.

Il y a un autre domaine où Tchouaméni a encore à apprendre de son aîné : sa qualité de passe, notamment dans la profondeur. Mais difficile de lui en vouloir car peu de joueurs dans le monde peuvent se targuer d’avoir le niveau de Pogba dans ce domaine. Véritable quaterback de l’équipe de France, ses transversales et ouvertures dans le dos des défenses adverses sont souvent l’arme première des Bleus pour débloquer une situation. Face à l’Espagne, il a encore failli faire mouche avec une passe laser, que lui seul avait vu, pour Benzema, qui n’a ensuite pas réussi à conclure.

Déjà un patron à Monaco et bientôt avec les Bleus ?

Aurélien Tchouaméni a profité des absences de N’Golo Kanté, Corentin Tolisso, puis Adrien Rabiot, pour se faire une place de choix dans l’équipe de Didier Deschamps. Aujourd’hui, il est clairement devenu la quatrième roue du carrosse au poste de milieu central avec Kanté, Rabiot et Pogba. La concurrence (Veretout, Guendouzi, Ndombele, Sissoko, Aouar…) semble déjà reléguée bien loin.

D’autant plus que Pogba paraît encore plus libéré aux côtés du joueur de l'AS Monaco, en témoignent ses derniers performances sous le maillot Bleu, et aussi ses déclarations en septembre : "C’est un plaisir de jouer à côté de lui. Il apporte énormément : beaucoup d’énergie, de la qualité technique et un physique hors-normes. On lui souhaite de jouer plein de matchs et que je sois toujours à ses côtés…". Car Aurélien Tchouaméni n’est pas là pour être le successeur de Paul Pogba, mais son partenaire de jeu préféré. Comme un frère.

À lire aussi : Tchouaméni et Koundé chez les Bleus, une belle publicité pour les Girondins de Bordeaux