Équipe de France

Tchouaméni parmi les grands gagnants du rassemblement

Antonin Courchay
Tchouaméni avec les Bleus
Tchouaméni avec les Bleus

Après la victoire contre la Finlande hier (2-0), l'équipe de France a relevé la tête après deux nuls consécutifs contre la Bosnie et l'Ukraine (deux fois 1-1). Alors que les joueurs vont rejoindre leurs clubs respectifs, il est temps de faire le bilan de ce rassemblement, et notamment des grands gagnants.

Un rassemblement en demi-teinte. Après deux matchs poussifs contre la Bosnie (1-1) et l'Ukraine (1-1), la France a montré un tout autre visage contre la Finlande hier soir (2-0). Si certains ont perdu des points, d'autres ont su tirer leur épingle du jeu.

Aurélien Tchouaméni (Monaco)

Sélectionné pour la première fois avec les A, le milieu de l'AS Monaco Aurélien Tchouaméni (21 ans) a marqué des points. Entré en jeu contre la Bosnie, le natif de Rouen a apporté de la rigueur et de l'intensité dans la récupération dans une équipe réduite à dix après l'expulsion de Jules Koundé (22 ans). Titulaire contre l'Ukraine, Tchouaméni a été l'un des meilleurs joueurs sur la pelouse et a confirmé sa belle prestation contre la Bosnie. Il n'a pas joué contre la Finlande, mais en l'absence de Kanté, le Monégasque a été l'une des belles satisfactions de ce rassemblement. Ce ne serait pas une surprise de le revoir dans les prochaines listes.

Théo Hernandez (AC Milan)

Sur le banc lors des deux premiers matchs, le latéral gauche de l'AC Milan Théo Hernandez (23 ans) a été très bon dans son couloir hier pour sa première sélection. Comme Tchouaméni, le frère de Lucas a découvert les A lors de ce rassemblement, et a joué totalement décomplexé hier soir. Il a apporté offensivement par ses courses et son intensité, tout en étant impliqué défensivement (malgré le peu d'offensives adverses). Alors qu'à gauche la concurrence est féroce (Digne, F.Mendy et même son frère), Théo Hernandez a marqué des points hier soir, dans un système inhabituel, mais qui a fonctionné.

Le 3-4-1-2

Ce système a porté ses fruits. Après le 4-3-3 et le 4-4-2, Didier Deschamps a tenté un autre système, à trois défenseurs centraux. Cela permet d'avoir une plus grande solidité lors des phases défensives et des temps forts adverses, mais aussi d'avoir une plus grande liberté pour le trio offensif lors des attaques, comme ça a été le cas hier contre la Finlande. Si au niveau des observateurs, le spectacle était plus au rendez-vous, au niveau des joueurs, le système est validé. Un dispositif que l'on pourrait revoir lors des prochains rassemblements.