Mauvaise nouvelle pour l'ASM, la FIFA veut limiter le nombre de prêts


Paul Nardi est prêté depuis deux ans au Cercles Bruges.
Paul Nardi est prêté depuis deux ans au Cercles Bruges.

L'instance dirigeante du football international souhaite réduire le nombre de prêts à l'horizon 2020. Une réforme qui inciterait certains clubs, comme Chelsea ou Monaco notamment, à repenser leurs stratégies, notamment sur le marché des très jeunes joueurs.

La FIFA prépare une réforme importante du marché des transferts. The Times, sérieux journal britannique, révèle en effet que l'instance mondiale du football a ratifié la proposition visant à réduire le nombre de joueurs prêtés. Cette mesure, qui devrait s'appliquer à partir de la saison 2020-2021, interdirait à un club de prêter des joueurs au-delà d'une certaine limite (entre six et huit joueurs), surtout lorsqu'ils sont envoyés à la même équipe (2 joueurs maximum), comme il est d'usage depuis quelques années avec ce qu'on appelle communément les clubs "satellites".

Une régulation du marché des transferts, ou plutôt des prêts, qui tient en plusieurs explications. D'abord, la FIFA pourrait ainsi proscrire les manoeuvres de certains clubs, qui récupèrent les très jeunes talents à la pelle, afin de s'assurer de les avoir sous la main s'ils venaient à confirmer les espoirs placés en eux, avant de les envoyer en prêts puis de les revendre à bon prix, parfois même sans les avoir fait jouer sous leurs couleurs. Dans un rapport du groupe de travail de la FIFA, on peut d'ailleurs lire que le système actuel "empêche parfois les jeunes joueurs de développer pleinement leur talent".

Monaco et Chelsea devront revoir leurs modèles

Cette réforme pourrait également empêcher que des clubs satellites soient sous le contrôle de ceux qui leur envoient ces joueurs en prêts. En 2014, l'ex-président du Vitesse Arnhem, le club satellite de Chelsea aux Pays-Bas, avait avancé que le championnat hollandais avait été faussé par l'écurie londonienne, qui lui avait prêté cette saison-là pas moins de six joueurs, dont Bertrand Traoré et Gaël Kakuta. "Ce qui compte pour Chelsea, c'est le bon développement de ces joueurs et non que Vitesse soit champion", avait confirmé le directeur sportif de l'époque. Interdire de prêter plus de deux joueurs au même club permettrait d'éviter tout soupçon de ce type.

En France, plusieurs clubs ont tendance à user de nombreux prêts. C'était notamment le cas du PSG, du LOSC, de Reims, de St-Etienne (6) et du Stade Rennais (7) cet été. Mais cela n'a rien à voir avec l'AS Monaco, qui a envoyé pas moins de quatorze joueurs en prêts lors du dernier mercato, dont huit au même club du Cercle Bruges (Alioui, Nardi, Cardona, Bongiovanni, Nguinda, Etienne, Tormin, Appin), officiellement lié au club de la Principauté depuis mai 2017. Un modèle qui, avec cette réforme de la FIFA, ne pourra plus exister.