Mercato

Comment Monaco a mis la main sur Lemar pour une bouchée de pain...

Commentaire(s)
La cote de Thomas Lemar n'en finit plus de grimper depuis six mois !
La cote de Thomas Lemar n'en finit plus de grimper depuis six mois !

Conclu pour 4 millions d'euros, le transfert de Thomas Lemar à Monaco laisse quelques regrets aux dirigeants Caennais. D'abord parce qu'ils n'ont pas vraiment su profiter des qualités de l'international Espoirs qu'ils ont formé, mais aussi parce qu'ils auraient pu réaliser une opération beaucoup plus juteuse...

Huit mois presque jour pour jour après son transfert à Monaco, Thomas Lemar va retrouver Caen et le stade Michel-d'Ornano, ce soir. En déplacement avec les Rouge-et-Blanc en Normandie, à l'occasion de la 29e journée de L1, le Guadeloupéen va rappeler le public malherbiste au bon souvenir de ses déhanchés dévastateurs et de sa fabuleuse patte gauche. Même s'il n'a pas eu beaucoup d'occasions d'en faire l'étalage sous les ordres de Patrice Garande.

Certes, il est apparu à 25 reprises la saison dernière (1 but pour 4 passes décisives), mais si l'on s'intéresse à son temps de jeu brut, on s'aperçoit qu'il n'a bénéficié que de 716 minutes de jeu en Ligue 1, soit à peine 30 minutes par match disputé ! Une broutille pour celui qui est désormais considéré comme l'un des joueurs français les plus doués de sa génération (4 sélections et 1 but avec les Espoirs). "Garande ne lui faisait pas confiance", explique l'ancien responsable du centre de formation caennais, Philippe Tranchant, dans les colonnes du Parisien. "Patrice répétait qu'il ne collait pas à son idée du jeu (...) Je le trouvais extraordinaire. Au club, tout le monde était d'accord avec moi, sauf Garande... Au final, c'est un énorme gâchis."

Fortin reconnaît une erreur de jugement...

Séduite lors d'un match entre Caen et Monaco (0-3), il y a un peu moins d'un an (le 10 avril 2015), l'ASM lance alors les premières manoeuvres pour attirer Lemar dans ses filets. "Toi, tu es fait pour Monaco ! Ça t'intéresse ?", lance alors un dirigeant Monégasque au petit gaucher du SMC, qui prend d'abord cette première approche avec méfiance. Mais en parallèle, il commence à s'agacer du faible temps de jeu qui lui est offert en Normandie et l'idée d'un départ fait son chemin, notamment au sein de son entourage. "À un moment donné, son agent nous dit qu'il est hors de question que Thomas prolonge son contrat (2017)", raconte Jean-François Fortin, le président Malherbiste. "On a alors ouvert la porte à Vadim (Vasilyev, vice-président de l'ASM, ndlr), qui est un négociateur hors-pair."

Le 1er juillet dernier, la transaction se conclue autour d'un montant de 4 millions d'euros, auxquels d'ajoute un pourcentage à la revente pour le SMC. "La négociation pour Lemar aurait certainement mérité mieux", reconnait Fortin. "Si j'ai commis une erreur ? Je ne sais pas. En tout cas, je l'admets facilement, je ne pensais pas que Thomas pourrait avoir une progression aussi rapide." Rapide, le mot est juste, puisque la valeur de Lemar a au moins triplé depuis l'été dernier. Toujours d'après Le Parisien, Monaco a déjà reçu plusieurs offres supérieures à 15 M€ pour sa nouvelle pépite et on retrouverait, parmi les clubs intéressés, le Bayern Munich. Rien que ça...