ASM

Une piste désormais impossible à suivre ?

Commentaire(s)
Rybolovlev ne peut plus viser aussi haut aujourd'hui.
Rybolovlev ne peut plus viser aussi haut aujourd'hui.

L'AS Monaco peut oublier la piste Matheus Pereira. Visé depuis cet hiver, le jeune prodige vient de prolonger son contrat au Sporting Lisbonne avec une clause libératoire fixée à 60 millions d'euros, un prix sur lequel le nouveau Monaco ne peut s'aligner, car les temps ont changé.

L'AS Monaco monte en puissance en Ligue 1, avec une seule défaite lors des onze derniers matchs de championnat. Le club de la Principauté est aujourd'hui quatrième de Ligue 1 tout en étant en très bonne position pour se qualifier pour les quarts de finale, face à Arsenal. Victorieux 3-1 à l'Emirates, les monégasques ont surpris tout le monde, un match symbole de leur saison.

Alors qu'en début de saison beaucoup d'observateurs voyaient l'ASM au fond du trou avec un nouveau projet approximatif et un nouveau coach pas à la hauteur de la Ligue 1, tout a changé lorsque Jardim a appris à connaître parfaitement les qualités et les faiblesses de son effectif. Ne disposant plus de moyens financiers colossaux, Monaco semble pourtant capable de tenir les premiers rôles au sein de la Ligue 1.

James Rodriguez et Falcao partis, l'étonnement a été général lorsqu'aucun joueur de l'envergure des deux stars n'est venu renforcer l'effectif monégasque. Terminés les transferts à plus de 40 millions d'euros, Monaco se tourne aujourd'hui vers la jeunesse, mais la jeunesse sans étoile : le club se veut aujourd'hui raisonnable à cause du Fair-Play Financier. Si une clause libératoire ne faisait pas peur aux dirigeants du Rocher, elle suffit aujourd'hui à calmer leurs ardeurs.

Ainsi, une piste visée depuis cet hiver par le club doit certainement être à oublier. Matheus Pereira, jeune milieu offensif de 18 ans évoluant au Sporting Lisbonne, était surveillé de près par le quatrième de Ligue 1, mais le club portugais a pris ses précautions. Le joueur a prolongé son contrat jusqu'en 2020 et lié une clause libératoire de 60 millions d'euros à celui-ci. Il y a deux ans, Monaco aurait pu s'aligner, mais aujourd'hui il ne peut plus recruter de pépites à ce prix-là, et doit compter sur le talent de ses recruteurs pour trouver la perle à moindre coût. Une nouvelle ère que certains pourraient regretter, même si l'AS Monaco n'a pas vraiment eu le choix.