Youri Tielemans : Retour sur l'échec d'un jeune joueur au talent exceptionnel


Première victime du retour de Leonardo Jardim à Monaco en janvier, Youri Tielemans vient d’être prêté sans option d’achat à Leicester pour la fin de la saison 2018-2019. Le passage du Diable Rouge à Monaco résonne déjà comme un échec dans les oreilles des supporters. Que faut-il en penser ? Est-il uniquement victime des prestations de son équipe ? A-t-il aussi une part de responsabilité ? Parviendra-t-il à s’imposer sur le Rocher ?

Auteur de 6 buts en 64 apparitions, son bilan n’est pourtant pas exécrable. Doté d’une excellente frappe de balle, il est capable de débloquer des matchs à lui tout seul. En attendant qu’il sauve sa prochaine équipe, n’oubliez pas de vous inscrire sur PMU. Vous profiterez des codes promotionnels 2019, au choix entre 100€ sur les paris sportifs, 100€ sur le turf ou 25€ sur le poker (en savoir plus ici) que vous pourrez placer sur un but du Diable Rouge. Car, c’est au moment où personne ne l’attend, que Tielemans a pour habitude de frapper.

Youri Tielemans : la jeunesse du Golden Boy d’Anderlecht

Pour comprendre qui est Youri Tielemans, il faut remonter jusqu’en Belgique. Pur produit du centre de formation d’Anderlecht, il apparaît pour la première fois en équipe première à l’été 2013. En début de saison suivante, il devient le 3e plus jeune joueur belge titulaire en Champions League. Cette année-là, pour sa première saison avec les professionnels, il remporte le championnat de Belgique avec les Mauves.

Lors des 3 saisons suivantes, non seulement il s’impose comme titulaire indiscutable dans l’entrejeu bruxellois, mais il se mue en un artilleur de première classe. En témoigne par exemple le but inscrit des 30 mètres face à Waasland-Beveren lors de la saison 2015-2016.

Il se fait connaître sur la scène européenne lors de la saison 2016-2017 grâce au très bon parcours d’Anderlecht en Ligue Europa. Les Mauves atteindront les quarts de finale en éliminant notamment le Zenit Saint-Pétersbourg et l’APOEL Nicosie. Lors de sa dernière saison en Belgique, Tielemans est nommé meilleur footballeur du pays. Monaco décide alors de le recruter pour 25 millions d'euros.

Une première saison très difficile pour Tielemans à Monaco

Lorsqu'il arrive sur le Rocher, Monaco est champion de France en titre. Le club vient de vendre Bernardo Silva, Tiémoué Bakayoko, Valère Germain, Nabil Dirar et Benjamin Mendy. Tielemans est pressenti pour prendre la place de Moutinho dans l’entrejeu (en 4-4-2), ou d’être associé à lui en 4-3-3 avec Fabinho à la récupération.

Si Jardim le trouve bien trop tendre, il lui offre tout de même quelques titularisations comme milieu défensif. Un poste qui est loin de lui convenir. Depuis le départ de Bakayoko, personne n’a réellement convaincu à cette place. L’entraîneur lui préfère même dans plusieurs cas le tout jeune Kevin N’Doram. Jardim le titularise 2 fois au poste de milieu offensif, mais son apport est jugé très limité.

Cette saison-là, Monaco termine 2e du championnat, à 13 points du Paris Saint-Germain. Dans un effectif plutôt bien rodé, difficile donc de se faire une place. Tielemans doit gagner sans place dans une équipe qui joue le haut de tableau de la Ligue 1. La même situation qu’à ses débuts à Anderlecht sauf que la marche est plus haute. Pour sa première année en France, il apparaîtra tout de même 27 fois en championnat et 4 fois en C1, où l’ASM fera un parcours catastrophique avec 4 défaites et 2 matchs nuls en phase de poules.

Le limogeage de Jardim et l’arrivée de Thierry Henry : un nouveau départ pour Tielemans

À l’été 2018, l’ASM fait le grand ménage dans son effectif. On assiste aux départs de Fabinho, Lemar, Moutinho, mais aussi Ghezzal, Diakhaby et Kongolo. La direction mise sur Golovine, Grandsir, Diop, Pelé, Barreca, Aholou et Geubbels. Dans cette configuration, Tielemans a une carte à jouer. C’est en tout cas ce qui ressort d’un entretien donné au journal la Dernière Heure et relaté par l’Équipe. Dans une équipe sans colonne vertébrale, sans expérience et sans réel profil créatif, le Diable Rouge qui sort d’une bonne Coupe du Monde a une carte à jouer.

Le début de saison est un enfer pour Monaco. L’infirmerie se remplit à une vitesse folle et les résultats font défaut. À tel point que Jardim ne sait plus quoi faire pour remobiliser ses joueurs. Dans cette série de matchs, Tielemans est à l’image de l’équipe : peu concerné et peu conscient de la situation. Après quelques rencontres, il se retrouve remplaçant. L’intronisation de Thierry Henry à la suite du départ de Jardim va changer la donne.

Henry connaît bien Youri Tielemans, car il l’a côtoyé pendant plusieurs années en sélection alors qu’il était l’adjoint de Roberto Martinez. L'ancien champion du monde décide d’en faire l'élément central de son équipe. Tielemans gagne à la fois une place de titulaire et le brassard de capitaine. Malgré tout, les résultats ne s’améliorent pas et Monaco continue de s’enfoncer au classement de la Ligue 1. Après une grosse centaine de jours aux commandes de l’équipe, Thierry Henry est remercié. Leonardo Jardim fait donc son grand retour.

Le retour de Jardim et le départ de Youri Tielemans à Leicester

Pour tenter de remonter la pente, Jardim abandonne le 3-5-2 de son prédécesseur et décide de faire jouer ses hommes en 4-4-2 Fabregas à la récupération. Dans sont esprit, l'Espagnol serait associé à Adrien Silva (Leicester), qui est l'une des cible prioritaire du club au mercato d'hiver. Tielemans ne rentre donc plus dans les plans du Portugais. Il va d’ailleurs servir de monnaie d’échange pour arracher Silva aux Foxes. Tielemans est donc prêté à Leicester sans option d’achat jusqu’à la fin de la saison.

Comment expliquer l’échec d’un joueur acheté 25 millions, à qui on a donné sa chance, et qui n’a jamais confirmé les espoirs placés en lui ? Tielemans, si l’on analyse son jeu et son comportement, est le baromètre de son équipe. Lorsqu’elle lâche prise, il lâche prise. Thierry Henry lui a donné le brassard alors que justement ce n’est pas un meneur homme. Énorme erreur.

Deuxièmement, c'est est un milieu de terrain jeune, connu pour avoir une progression lente, mais constante. À Anderlecht, il n’a véritablement éclaté au grand jour que lors de sa 4esaison. Les 3 années précédentes, ses faits d’armes n’ont jamais dépassé les frontières nationales.

Tielemans : un jeune joueur en quête de confiance

Pour comprendre les piètres performances de Youri Tielemans, il ne faut pas perdre de vue ceci : c'est un joueur qui fonctionne à l’affect. Comme Nasri, Ben Arfa ou Balotelli. Chez les Mauves, c'est sa complicité avec Leander Dendoncker lui a permis de se retrouver sur devant de la scène. Tielemans a pu prendre les clés du jeu d'Anderlecht car il avait une confiance aveugle en Dendoncker, qui faisait un travail énorme à la récupération et dans l'orientation du jeu. Les deux hommes étaient complices à la fois sur le terrain et dans la vie. Ils sortaient du même centre de formation et se connaissaient par cœur. À Monaco, il n’a ce genre de relation avec personne.

Espérons qu’il retrouve un peu de sérénité à Leicester sous les ordres de Claude Puel, un entraîneur qui a pour habitude de couver ses joueurs et de leur donner un peu de confiance. Malgré tout, il faudra qu’il mette plus d’intensité et de volonté dans son jeu, car la Premier League est un championnat physique où il va se faire bouger. Tielemans, qui n’a que 23 ans ne l’oublions pas, a donc six mois pour briser l’ultime cordon qui le retient encore à l’adolescence et revenir à Monaco dans la peau d'un homme.