ASM

Trois équipes pour une place : La bataille avec les Oympiques est lancée

Commentaire(s)
Les hommes de Jardim comptent récupérer leur deuxième place
Les hommes de Jardim comptent récupérer leur deuxième place

Alors que la lutte pour le titre semble d’ores et déjà bouclée, trois équipes différentes ont occupé la place de dauphin sur les trois dernières journées. La bataille pour le ticket qualificatif pour la prochaine Ligue des Champions est bel et bien lancée.

Un gouffre de dix points. C’est ce qui sépare le PSG, incontestable leader du Championnat de France de l’OM, son dauphin. Au soir de la 12e journée de Ligue 1, Monaco ne pointait qu’à quatre longueurs du club francilien et un petit suspense subsistait encore dans la lutte pour le titre. Désormais, le principal enjeu dans le haut de tableau est celui pour la place de deuxième, directement qualificative pour la prochaine Ligue des Champions. Grâce à sa victoire contre Metz mercredi, conjuguée à des faux pas de l’OL (1-2 contre Lille) et l’ASM (0-1 à Nantes), l’OM s’est installée sur un fauteuil de dauphin qui a appartenu à Lyon après la 14e journée, et auquel était habitué le champion de France en titre ces dernières semaines.

Et cela tombe bien car pour ce trio, la qualification pour la prochaine édition de la Coupe aux grandes oreilles est un objectif affirmé. Difficile, en effet, d’imaginer des supporters phocéens adhérer à un « Champions project » au goût d’Europa League pendant plusieurs saisons. Quant à Monaco et Lyon, cette deuxième place conclurait de très belle manière une année de transition et de revues d’effectifs, sans perdre de temps et de crédibilité en route.

Monaco semblait tranquille, puis Leipzig est passé par là

Les hommes de Leonardo Jardim ont semblé, un temps, un cran au-dessus de leurs deux principaux rivaux pour l’Europe, bien qu’en dessous de leur ennemi parisien. Mais leur claque reçue à domicile contre Leipzig (1-4) il y a un peu plus d’une semaine en Ligue des Champions, a précédé deux revers consécutifs en Ligue 1 : l’un face à Paris, prévisible dans son résultat mais très inquiétant dans la manière, et l’autre beaucoup moins attendu, dans les derniers instants de son match à Nantes. En parallèle, Marseille poursuivait sa montée en puissance en sachant ne pas perdre dans les matchs difficiles, alors que Lyon se solidifiait défensivement et impressionnait offensivement avant son revers contre Lille. Les cartes ont donc été rebattues.

Trois équipes qui se valent, le salut pourrait venir de la défense

Radamel Falcao, Nabil Fekir (et Mariano), Florian Thauvin (et Luiz Gustavo dans un autre registre) : Monaco, Lyon et Marseille ont tous des joueurs régulièrement performants et qui savent porter leur collectif et le faire jouer, dans des styles certes différents. Même si l’OM n’a pas vraiment trouvé son numéro neuf, les trois équipes semblent capables de marquer à tout moment. A elles trois, elles n’ont bouclé que cinq rencontres de Ligue 1 sans trouver la faille depuis le début de saison (l’OM a même toujours marqué), et chacune présente une moyenne supérieure à deux buts par match.
Défensivement, en revanche, personne n’a plus de certitudes que les autres et tout le monde encaisse en moyenne plus d’un but par sortie.

Et c’est certainement dans la capacité des hommes de Jardim, Genesio, et Garcia de se montrer solides sur la durée qu’une grande différence se fera. Sur le Rocher, les certitudes qui accompagnaient Glik et Jemerson la saison passée semblent loin. De leur côté, les deux Olympiques souffrent de la relative irrégularité des performances des duos Rami-Rolando et Marcelo-Morel (ainsi que Diakhaby). Même s’il est n’est évidemment pas pertinent de résumer la qualité d’une défense à ses seuls défenseurs centraux, les paires en question permettent de dessiner une tendance. Et la tendance est qu’aucun prétendant à cette deuxième place n’est imperméable.

Avantage Monaco sur le long terme ?

Eliminé de toutes compétitions européennes, l’ASM peut au moins voir un côté positif : elle va pouvoir jeter toutes ses forces dans la bataille nationale. Ce qui est loin d’être le cas de Lyon et Marseille, encore engagés en Ligue Europa. Une compétition dans laquelle les deux équipes nourrissent de sérieuses ambitions, surtout quand on sait que la finale aura lieu au Groupama Stadium…
Mais outre le nombre de rencontres à disputer, c’est la profondeur des effectifs qui permet aussi de tenter d’imaginer la suite des événements. A ce petit jeu-là, Jardim semble être le mieux armé et dispose d’un groupe plutôt homogène. Lyon n’est pas loin derrière, mais aussi talentueux soient-ils, ce sont des novices (Maolida, Gouiri) qui doivent compenser les potentielles absences dans un secteur offensif déjà très jeune. L’OM, dont on évoquait déjà le problème à la pointe de l’attaque, semble de son côté vite démuni quand Luiz Gustavo manque à l’appel. Une observation qui se retrouve aussi quand Falcao et Fekir ne jouent pas pour leurs clubs, mais dans une bien moindre mesure.

Il faudra aussi jeter un œil tout particulier aux mercatos d’hiver de ces équipes-là. Car si le groupe monégasque est garni, il est composé de plusieurs recrues qui n’ont peu ou pas du tout répondu aux espoirs placés en eux, à l’image d’un Jovetic déjà annoncé partant. Il est donc légitime de s’attendre à du mouvement du côté de la Principauté, certainement un peu moins du côté des Olympiques.

Attention aux confrontations directes

D’ici à janvier, l’Olympico (OL -OM le 17 décembre) sera passé par là et donnera peut-être quelques indications supplémentaires. Au classement, d’une part, mais aussi sur la capacité de ces équipes de remporter les confrontations directes. Une donnée qui aura évidemment toute son importance dans cette lutte annoncée pour la deuxième place, tant leur niveau de jeu et leurs résultats contre les « petits » semblent proches, de manière générale, depuis le début de saison.