Sa frustration, sa réelle envie de départ pour Paris... Fabinho se livre sur son mercato

Fabinho en avait gros sur le coeur
Fabinho en avait gros sur le coeur

Au cours d'un entretien fleuve pour Nice-Matin, Fabinho, le milieu de l'AS Monaco, est revenu sur son départ avorté au Paris Saint-Germain. Et une chose est sûre, c'est qu'il a eu du mal à digérer le refus de l'AS Monaco...

Cet été, dans son mercato de toutes les folies, le Paris Saint-Germain a tout de même un point noir : ne pas avoir recruter de milieu de terrain supplémentaire. Avec les départs de Krychowiak et de Matuidi, le PSG n'a plus assez de profondeur de banc pour faire reposer Motta, Verratti ou Rabiot. Pourtant, ce n'est pas faute d'avoir essayé, de la part d'Antero Henrique, qui a multiplié les pistes dans l'entre jeu entre Danilo Pereira et Fabinho. Le second, qui disposait pourtant d'un bon de sortie de l'AS Monaco, a été bloqué par le club de la diagonale, désireux de ne pas renforcer son principal concurrent.

"Quand Kylian Mbappé est parti… (Il hésite)… J’étais content pour lui parce qu’il partait dans un nouveau club, un nouveau projet etc. Au début, le club me disait : « non Fabi, on ne veut pas vendre au PSG ». Et je me disais que si Mbappé partait à Paris, peut-être que les dirigeants changeraient d’avis sur moi." se rappelle Fabinho dans les colonnes de Nice-Matin. "Mais mon cas posait plus de difficultés je pense. Et voilà… Mbappé est parti le dernier jour du mercato. De mon côté, j’ai senti que Monaco avait quand même laissé un peu la porte ouverte pour négocier avec le PSG ou un autre club. Mais après, je ne sais pas si c’était trop tard ou quoi, en tout cas, ça ne s’est pas fait."

"J'étais plus proche de partir que de rester..."

Forcément, sa situation a pesé dans sa préparation mentale, et le milieu n'a pas forcément réalisé ses meilleures prestations sous les couleurs rouge-et-blanche. "Pendant le mercato, ça a été difficile car je n’étais pas sûr de rester. J’étais même plus proche de partir que de rester… Jouer dans ce contexte, ce n’était pas bon. Mais après le mercato, même si j’étais un peu frustré, je me suis dit : « bon, tu n’es pas parti, il n’y a plus rien à faire alors maintenant tu dois te remettre la tête à l’endroit et donner le meilleur de toi pour retrouver le même Fabinho que l’an passé" détaille-t-il. "Je pensais à ce que Monaco m’avait promis… alors, oui, j’avais la tête ailleurs. Des fois, inconsciemment, je n’arrivais pas à donner mon maximum. Ce n’était pas pour donner une mauvaise image, je n’y pouvais rien. J’étais frustré à la fin du mercato, mais j’ai tourné la page".

Pour faire entendre son droit, et rappeler aux dirigeants la promesse qui lui a été faite à l'été 2016, Fabinho avoue qu'il a "pensé" à aller au clash avec sa direction. Mais, pas habitué à faire du bruit, le Brésilien s'est résigné... "Je n’arrivais pas à m’enlever de la tête ce que le club m’avait promis. J’étais persuadé d’avoir raison et, oui, j’ai pensé à aller au clash. (…)" lâche Fabinho, avant d'avouer qu'il s'est raisonné. "Même s’il ne me restait que ça comme solution, j’ai préféré ne pas aller au clash avec le club. Durant le mercato, j’ai souvent parlé avec le vice-président et je lui avais dit que j’avais envie de partir. Mais bon, je ne suis pas le premier joueur qui veut partir et qui finit par rester, ça arrive souvent dans le foot. Peut-être qu’un jour dans ma carrière, je serai obligé d’aller au clash, mais là, ça ne me ressemblait pas. Je ne me sentais par faire ça… peut-être que ça m’aurait permis de partir. Mais bon, j’ai préféré ne pas le faire." Une sortie qui pourrait faire parler...


Réagissez à l'article "Sa frustration, sa réelle envie de départ pour Paris... Fabinho se livre sur son mercato"