ASM

Monaco dépose une réserve

Commentaire(s)
Bakayoko et Monaco se sont inclinés, vendredi soir, face à Bordeaux (1-2)
Bakayoko et Monaco se sont inclinés, vendredi soir, face à Bordeaux (1-2)

Monaco a la défaite mauvaise. Vendredi soir, l'ASM s'est incliné après un match sans saveur face à Bordeaux (1-2). Si Guilbert a réduit la marque contre son camp au bout des arrêts de jeu, les joueurs de la Principauté auraient pu relancer le suspens quelques minutes plus tôt. A l'entame des arrêts de jeu, Vagner Love a, en effet, bénéficié d'un penalty qu'il a transformé en deux temps, Prior repoussant d'abord le ballon dans les pieds de l'attaquant monégasque. Sauf que l'arbitre de la rencontre, Benoit Bastien, a refusé le but asémiste et donné un coup-franc aux Bordelais. En cause, l'entrée trop précoce de Ricardo Carvalho dans la surface girondine. Ce qui ne passe pas du côté de l'ASM.

Près d'une heure et demi après la fin de la rencontre, Bruno Skropeta, le directeur de la communication du club, est ainsi venu lire un texte devant les médias. Un texte qui a été porté sur la feuille de match, comme le rapporte L'Equipe. "Le club souhaite poser réclamation suite à la mauvaise information du quatrième arbitre sur l’action du penalty de la 90e minute, annonce le texte. Le quatrième arbitre a dit au team manager (de Monaco) les termes suivants : "Il y a eu tricherie : il (Vagner Love) a fait plonger le gardien avant de tirer". Cette version du quatrième arbitre a empêché l’AS Monaco de poser une réserve technique, avant la reprise du jeu. La raison (de l’invalidation du penalty), invoquée à la fin du match par l’arbitre principal était la présence de Ricardo Carvalho dans la surface de réparation bordelaise au moment du tir. Or le gardien bordelais était également avancé. Donc le penalty est à retirer et l’avertissement adressé à Vagner Love n’est pas recevable."

Sauf que les réserves techniques doivent normalement être posées au premier arrêt de jeu qui suit l'action litigieuse. L'ASM ne l'aurait fait qu'après le coup de sifflet final. D'après le quotidien sportif, le club monégasque assure ne pas avoir pu poser cette réserve au moment opportun, compte tenu de la "mauvaise information du quatrième arbitre".