ASM

La tension monte chez Thierry Henry

Commentaire(s)
Le coach de l'ASM s'est montré très agacé samedi soir
Le coach de l'ASM s'est montré très agacé samedi soir

Alors que Monaco s'est lourdement incliné face à Strasbourg (5-1) samedi soir, le coach de l'ASM Thierry Henry a laissé éclaté sa colère contre l'arbitrage à l'issue de la rencontre. L'ancien attaquant des Bleus avait déjà insulté Kenny Lala au bord du terrain...

Cette défaite-là a du mal à passer. Alors que l'on promettait un nouveau départ à l'AS Monaco, censé être porté par ses recrues de choix, le club de la Principauté a complètement rechuté sur sa pelouse face à Strasbourg (5-1) samedi soir, lors de la 21e journée de Ligue 1. Le tout avec une expulsion très précoce de Naldo, et un ballon perdu par Cesc Fabregas qui a coûté un but aux siens. Mais à l'issue de la rencontre, c'est sur l'arbitrage que Thierry Henry a tout de suite orienté les débats face à la presse : "J'ai un scoop pour vous ! Il y a une faute sur Rony Lopes dans la surface alors qu'il y a 2-1. Le quatrième arbitre (Gaël Angoula) me dit : 'Je suis vraiment désolé, M. Henry, le VAR ne fonctionne pas', a-t-il lâché en arrivant dans la salle de conférence de presse. Il y a 10 000 fois penalty sur Rony Lopes. Alors moi, j'aimerais bien savoir pourquoi le VAR ne fonctionnait pas pour Monaco. Et elle s'est remise à fonctionner juste après ! Bizarre".

De là à résumer la défaite ses siens à cette erreur ? "Oui. À ce moment-là, oui. Parce qu'à 10, on revient sur une équipe qui commence à douter", a-t-il assuré. Une colère venue confirmer l'agacement affiché par l'ancien joueur d'Arsenal sur le bord de la pelouse durant le match. Notamment lorsqu'il a insulté le latéral droit du Racing Kenny Lala, à qui il reprochait de gagner du temps sur une touche en première période : "C'est la 43ème... La p*tain de ta grand mère !". Une tension plus que palpable que le champion du monde 98 va devoir gérer. Car samedi soir, entre le terrain et l'après, il y avait deux fois plus de raisons d'insister sur la claque reçue par l'ASM...